Les Fondamentaux

Le baccalauréat 2020 sera validé en contrôle continu

L’édition 2020 du baccalauréat sera finalement validée en contrôle continu à cause du coronavirus.

Le 3 avril, le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a pris des mesures exceptionnelles pour le baccalauréat 2020 en raison de la crise sanitaire du coronavirus.

Alors que les écoles sont fermées depuis le 16 mars, le ministre annonce que le diplôme est maintenu, mais il sera décerné uniquement sur la base du contrôle continu. Autrement dit, il n’y aura pas d’épreuves écrites cette année, et par conséquent, pas de dates d’épreuves.

Les épreuves du bac général et technologique 2020 devaient initialement démarrer le mercredi 17 juin, et prendre fin le mercredi 24 juin. Un temps évoqué, la « solution mixte » (une à deux épreuves écrites maintenues et le reste en contrôle continu) a ainsi été écartée par Jean-Michel Blanquer.

L’oral du bac de français maintenu

Pour les élèves de Première, l’épreuve écrite de français sera validée en contrôle continu, mais les oraux sont maintenus, avec une réduction des textes au programme : 15 pour les filières générales et 12 pour les filières technologiques.

Pour chaque candidat, le jury d’examen, chargé d’attribuer ou non le baccalauréat aux élèves, se basera donc sur les notes obtenues en contrôle continu, mais aussi sur le livret scolaire, que le jury étudiera pour « valoriser un engagement, les progrès des élèves, garantir l’équité entre les candidats, et vérifier, c’est un point important, l’assiduité des candidats », a précisé le ministère de l’Education.

Rattrapages en juillet

Pour les candidats ayant obtenu entre 8 et 9,9 de moyenne, un oral de rattrapage est maintenu en juillet (sous réserve de faisabilité). En ce qui concerne les lycées professionnels, les épreuves de BEP, CAP, Bac pro sont également validées sur la base du contrôle continu en cours de formation et du livret scolaire. Près de 730 000 élèves sont concernés par cette modification des modalités d’examen. 

A lire aussi : Face aux concours annulés, les candidats craignent une rupture de l’égalité des chances