Le Monde

Cyclisme virtuel: l’échappée solitaire de Zwift

Depuis le début du confinement, la majorité des cyclistes confinés ont troqué les routes et le grand air contre un ventilateur et un home-trainer, un support de roue arrière qui permet de rouler en intérieur. Plusieurs applications leur permettent de se rejoindre virtuellement, dont Zwift, qui compte plus d’1,5 million d’utilisateurs.

Pédaler aux côtés de Julian Alaphilippe, Romain Bardet ou encore Geraint Thomas, vainqueur du Tour de France 2018, c’est possible, même confiné. Chaque jour, plus de 30 000 avatars roulent sur les routes virtuelles de l’application de cyclisme Zwift. Plusieurs décors interatifs sont disponibles: Watopia – où l’on trouve jungle, mer et volcan – , Richmond, où se sont déroulés les Championnats du monde de cyclisme sur route en 2015, Londres, ou encore New-York City.

L’application, lancée par trois Américains en octobre 2014, a pris les devants du peloton des applications de cyclisme virtuel. Parmi ses concurrents, Bkool. C’est sur cette plateforme que s’est déroulée le Tour des Flandres virtuel, où treize professionnels ont fait la course sur 32 kilomètres. Parmi les cyclistes au départ, le champion olympique Greg Van Avermaet (vainqueur de l’événement) et l’Italien Alberto Bettiol, lauréat l’an dernier sur les routes – réelles, cette fois – des Flandres.

1,5 million de Zwifteurs

Les applications RGT Cycling, Rouvy, Kinomap et Tacx proposent, elles aussi, un panel de routes virtuelles aux cyclistes confinés. Aucune n’arrive pour l’instant à créer le même enthousiasme que Zwift, qui conquit jour après jour des centaines de nouveaux utilisateurs. Pour s’élancer, il suffit d’un home-trainer – connecté, de préférence – lié à un capteur de vitesse, qui transmet les informations à l’application.

Une fois parti, le cycliste virtuel accumule les kilomètres et les points XP, qui lui font passer les différents niveaux du jeu. Une fois le niveau six atteint, il débloque la montée de l’Alpe du Zwift, une copie virtuelle de l’Alpe d’Huez.
“C’est à la fois un jeu et un sport. C’est vachement ludique”, s’enthousiasme Olivier Éven, cycliste depuis onze ans et utilisateur de Zwift depuis deux semaines. “On peut aussi régler la sensibilité du home-trainer, pour avoir un effort plus ou moins difficile.” 

Qu’importe le niveau ou l’objectif du cycliste, l’application semble convenir à tous. Pour “déstresser après le boulot”, comme l’indique Greg, membre du groupe Facebook Zwift Riders France, ou pour faire un travail spécifique, comme Maxence Janodet, cycliste Élite licencié à l’Union sportive de la pédale issoirienne (USPI). “Je fais 13 ou 14 heures de home-trainer par semaine. Avec le confinement, j’ai remplacé toutes mes sorties en extérieur par des sorties sur Zwift.” 

Confinés mais pas ennuyés

Pour beaucoup, l’application permet de tromper l’ennui durant leurs séances de home-trainer. “J’ai pris mon abonnement et j’ai roulé 65 kilomètres dans la foulée. Jamais je n’aurais fait cela avant”, s’étonne Joël Denis. Éric Magneron, utilisateur quotidien de Zwift, est du même avis: “Je ne m’ennuie pas, même si avec le beau temps je préférerais aller en forêt.” Après le confinement, ce VTTiste n’a pas l’intention de résilier son abonnement. “J’ai un travail qui me prend du temps. Pouvoir rouler sans s’ennuyer en rentrant tard me tente bien.” 

Tous les jours, Zwift propose de nombreuses courses, parfois retransmises et commentées sur la chaîne Youtube de l’application. Autre fonctionnalité très appréciée: la communauté. Les utilisateurs peuvent adhérer à des clubs, qui proposent des “meet-ups”, des sorties entre amis, ou avec des professionnels, comme le propose l’équipe Arkéa-Samsic. Avec l’affluence croissante sur les routes virtuelles.

🎤 Nairo Quintana vous donne rendez-vous pour une course Zwift demain, avec possibilité de rouler avec lui et les coureurs de notre équipe. Plus d’informations à venir, restez connectés #Tousensemble

Gepostet von Equipe Arkéa Samsic am Mittwoch, 15. April 2020

Certains utilisateurs pointent tout de même des axes d’amélioration. Antoine Gignoux, Zwifteur quasi-quotidien, espère “retrouver des parcours des Monuments du cyclisme, comme sur l’application Tacx”. Mais aussi “une personnalisation des maillots, des meneurs d’allure comme dans les marathons, et des animations sur le bord des routes”. Pour une expérience plus vraie que nature, entre quatre murs.

À lire aussi : La Biélorussie, nouvel eldorado des parieurs sportifs

Etienne Dujardin

@Etienne_Duj