Le Monde

[VIDEO] La revue de presse de la semaine du 19 avril 2020

Toutes les semaines, Le Pangolin vous propose une revue de presse de l’actualité internationale qui vous aurait peut-être échappée. Au menu cette semaine: des manifestants qui respectent la distanciation sociale, de drôles de fantômes et l’interview d’un Français en Colombie.
Manifestation toute en distance à Tel-Aviv

Dans l’actualité internationale du 19 avril, dans la nuit, les photos d’une manifestation place Yitzhak Rabin, à Tel-Aviv (Israël), contre le Premier ministre Benyamin Netanyahou sont saisissantes. On y voit les manifestant soigneusement masqués et espacés de deux mètres les uns des autres, chacun sur des marqueurs au sol, de manière à respecter la distanciation sociale de rigueur contre le Covid-19. Venus pour sauver la démocratie selon l’AFP, les quelque 2 000 Israéliens ont protesté contre le gouvernement embourbé dans une crise politique.

Le 2 mars 2020, les citoyens israéliens ont voté aux élections législatives – les troisièmes en un an – pour enfin tenter de trouver une majorité à même de diriger le gouvernement. En effet, depuis ces dernières élections, l’adversaire de Netanyahou, le centriste Benny Gantz, chef du parti Bleu-Blanc, avait été chargé par le Président du pays Reuven Rivlin de former un gouvernement. Mais Benny Gantz a échoué à s’entendre avec l’actuel Premier ministre, refusant de s’allier avec lui en raison de ses démêlés judiciaires (il est inculpé pour corruption, fraude et abus de confiance et son procès s’ouvre le 24 mai 2020).

Finalement, face à la pandémie de nouveau coronavirus, l’ancien chef d’Etat-major des armées a accepté de former un gouvernement « d’union et d’urgence » avec lui. Ce qui n’a pas vraiment plu aux détracteurs du Premier ministre qui l’accuse de tout faire pour se maintenir au pouvoir quoi qu’il en coûte. Pourtant, le 21 avril, l’accord est scellé: Benny Gantz et Benyamin Netanyahou se succéderont à la tête du gouvernement. Le chef de file du Likoud s’est engagé à passer la main au Général Gantz au bout de 18 mois, et à le remplacer à un poste inédit de Premier ministre d’alternance. Dans un tel scénario, l’annexion de la vallée du Jourdain et d’une partie de la Cisjordanie promise durant sa campagne, devrait commencer dès le mois de juillet 2020.

Le laboratoire P4 à l’origine du nouveau coronavirus ?

Le Covid-19 s’est-il échappé d’un laboratoire chinois? C’est en tout cas ce que suggère une enquête du Washington Post. Le quotidien américain fait état des soupçons qui pèsent sur le laboratoire P4 de Wuhan (pour pathogène de classe 4), un institut de virologie ultrasensible. En effet le bâtiment se situe à seulement quelques dizaines de mètres du marché à poisson près duquel les premiers cas de malades atteints du Covid-19 ont été diagnostiqués. Selon les États-Unis ce laboratoire qui étudie les coronavirus présents chez la chauve-souris aurait présenté des failles de sécurité par le passé. De son côté, la Chine nie en bloc ces accusations.

Le laboratoire P4 de Wuhan est une installation de très haute sécurité qui travaille d’ordinaire sur les souches les plus dangereuses des virus connus, comme Ebola, et dispose de la collection la plus large d’Asie (près de 1 500 souches différentes). Construit en collaboration avec la France en 2015 pour mieux anticiper les virus infectieux comme le SRAS de 2003, l’institut est la cible de nombreuses rumeurs pointant la possibilité d’une fuite accidentelle » du Covid-19 via un de ses employés. Cependant, aucune preuve n’a pour l’instant été établie pour l’affirmer.

Officiellement, le P4 a fermé le 23 janvier lors de l’annonce du confinement de la ville de Wuhan. Mais selon la Cellule investigation de Radio France, un essai de vaccin contre le nouveau coronavirus a eu lieu à la mi-mars dans l’enceinte du site, en partenariat avec une société de biotechnologie chinoise.

Des chiens dressés pour identifier les porteurs du Covid-19

Au Royaume-Uni, la BBC a partagé les travaux d’une association épaulée par une équipe de chercheurs convaincus que le meilleur ami de l’homme peut encore lui rendre bien des services. Ils se sont donnés pour objectif de d’entraîner des chiens à flairer des personnes porteuses du Covid-19.

Par le passé, des canidés ont déjà été entraînés pour détecter des cancers ou la maladie de Parkinson. Une fois dressé, les chiens pourraient être utilisés dans les aéroports afin d’identifier tout voyageur contaminé par le virus à son arrivée dans le pays.

Coiffeurs et fantômes

Alors que Singapour subit une deuxième vague de cas de coronavirus, le pays prolonge et durcit les conditions de son confinement. Les coiffeurs jusqu’ici restés ouverts vont devoir fermer leur boutique. Conséquence immédiate: les clients s’y sont rués pour profiter d’une dernière coupe avant une pose d’au moins un mois.

Toujours en Asie, le Jakarta Post rapporte une méthode originale utilisée en Indonésie pour faire respecter le confinement. Sur l’île de Java, en collaboration avec la police, certaines personnes se déguisent en se drapant en blanc pour imiter les Pocong, des fantômes légendaires qui effraient toute la population. Dans le folklore local, les Pokong symbolisent la mort et les mauvais esprits.

Un jeu vidéo 100% gestes barrières

Cette semaine un développeur nippon a créé un jeu sur le confinement. Dans cette simulation, les participants incarnent la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, et doivent parcourir la ville pour faire éclater les rassemblements rencontrés au cri de mitsu desu, qui évoque des lieux confinés et propices à la promiscuité sociale en japonais. Très populaires, les messages que la gouverneure poste quotidiennement pour appeler sa population à respecter la distanciation sociale ont aussi inspiré des mangas et chansons. Mais ce jeu vidéo a particulièrement buzzé sur les réseaux sociaux, dès sa révélation lundi 20 avril. La vidéo, postée par son créateur a été retweetée plus de 88.000 fois et aimée 204.000 fois en quelques heures.

Face à la montée des manifestations appelant le gouvernement colombien à distribuer des aides alimentaires et financières aux population les plus précaires du pays, souffrant du confinement, nous avons interrogé William Gazeau, jeune Français en échange universitaire à Bogota. Il nous a raconté en détails la situation locale. Pour l’écouter, c’est dans la vidéo!

A lire aussi : L’Effet Confinement #3: quand les courses hippiques sont à l’arrêt

A lire aussi : [VIDÉO] La revue de presse de la semaine du 12 avril 2020

Thomas Chammah et Clara Lahellec